L’historien doit-il raconter des histoires ?

Si les Rendez-Vous de l’Histoire m’ont appris quelque chose c’est que la transmission de l’Histoire au grand public n’est pas une mince affaire. A Blois, certains historiens réussissent à merveille à captiver l’attention d’une foule de curieux levée de bonne heure. Un brin d’éloquence et une locution élégante peuvent suffire à rendre intelligible la singularité d’un objet d’étude à ces oreilles profanes. Mais la médiation culturelle est un art délicat et, n’en déplaise à Aristote, je peine à établir une corrélation entre renommée académique et art oratoire. Fort de ce constat, on en vient parfois à éviter délibérément certains noms. « J’ai une black list des mauvais conférenciers », m’avoue Jeanne, professeure d’histoire-géo qui fait le déplacement chaque année.

« Il y a des historiens qui se mettent littéralement en scène »

Néanmoins, au sein des divers débats, tables rondes et autres causeries, on tombe parfois sur des narrateurs ; des historiens qui font de l’Histoire, des histoires. Michelle Perrot en fait partie. Le temps d’une heure, l’éminente professeure narre les aventures de Flora Tristan, femme engagée qui parcourut l’Amérique du Sud et l’Europe au début du XIXe siècle. Le récit de ce destin singulier est aussi celui d’une époque qui révèle à Flora l’esclavage au Pérou, les tribulations des prostituées de Londres et la naissance des mouvements ouvriers français. L’audience écoute avec émotion le feuilleton, tels des gosses absorbés par le dénouement d’une épopée merveilleuse.

Blois abrite aussi d’autres formes de faiseurs d’Histoire. Il y a des historiens qui se mettent littéralement en scène. C’est l’idée même de Live Magazine, une revue en direct qui existe le temps d’une performance. Sous les projecteurs, face à l’obscurité d’un parterre de spectateurs à l’écoute, les historiens racontent leur expérience de chercheurs parallèlement à l’Histoire qu’ils écrivent. La mise en abyme séduit et révèle un lien souvent touchant, volontairement drôle et parfois tragique du chercheur à l’égard de son objet d’étude. Des démêlés avec les archives ou avec les pouvoirs publics à l’émotion ressentie à la découverte d’une source singulière, ici la petite histoire de l’historien prend le pas sur la grande.

« L’exercice est tentant, le triomphe incertain »

Ce qui est certain, c’est que les RVH de Blois obligent les historiens à sortir leur nez des archives et à ravaler leur jargon d’érudit pour s’adresser à un public avide d’histoires. Ainsi, la divulgation scientifique peut prendre de multiples formes pour celui qui fait preuve de créativité. Aujourd’hui c’est sous le nom d’histoire publique qu’on désigne ce vecteur entre la recherche académique et la diffusion d’un savoir à une audience populaire. Les RVH demandent à des spécialistes d’endosser momentanément l’habit de l’historien public. L’exercice est tentant, le triomphe incertain.

Daphné Budasz


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *